top of page

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« N'oubliez pas que c'est avec nos marteaux que vous briserez les vitres »,
disait en substance Jacques Copeau à l'usage des jeunes générations.

Comment s'affranchit-on, s'émancipe-t-on, avec des outils dont on a - d'une manière ou d'une autre - hérité ?

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LA FRAGILITE DU COPEAU

· |

LA FORCE DU MARTEAU

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Copeau Marteau est une compagnie de spectacle vivant qui met le désir d'émancipation et de rencontre au coeur de ses créations. Les équipes de Copeau Marteau sont éclectiques (théâtre, marionnette, musique...) Elles créent des spectacles, mènent des actions collectives et participatives qui réunissent artistes et habitant·e·s et proposent des formations aussi bien auprès de publics professionnels qu'amateurs.

Copeau Marteau défend un théâtre contemporain et populaire, de recherche et de plaisir, qui s'intéresse à ce qui est étrange et étranger (à la fois chez les autres et en soi), aux différentes manières d'être, à l'intelligence du corps, à ce qui nous fait nous sentir vivant.

Ce qui importe dans le travail de Copeau Marteau :

  • jouer

  • rencontrer l'autre

  • prendre le temps

  • aller au fond des choses

  • croire à la puissance d'un geste

  • accorder son attention à ce qui est petit

  • écrire et chercher à traduire poétiquement

  • faire confiance à ce qui nous échappe et infuse

  • créer des spectacles sensibles, concrets et accessibles

  • partager des outils et faire découvrir une pratique artistique

Copeau Marteau est déjà intervenu à Paris, Pantin, Clermont-Ferrand, Châteauvillain, Plaisir, Colombes, Clichy-sous-Bois, Fontenay-sous-Bois, Vitry-sur-Seine, Vichy, Saint-Laurent du Maroni, Nouméa, Hienghène, Amiens, en Thiérache du Centre...

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

la force du copeau, la fragilité du marteau

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

« Je me suis cassé la hanche. Comme je ne peux plus bouger, j'écris. Ce sont des petites choses sans importance. Des copeaux. J'ai cherché le souvenir le plus lointain. J'avais quatre ou cinq ans. C'était la guerre. Mes parents étaient réfugiés à Bergerac. Il y avait un menuisier, qui nous avait laissé son appartement. J'étais toujours fourré dans son atelier.

Je regardais ce bonhomme. Je m'étais dit - parce que je ne demandais rien à personne - je me disais tout seul : "Il fait des copeaux."

Les copeaux, c'est ce qui reste... »

Fernand Deligny

· | · | · | · | · | · | · | · | · | · | · | · |· | · | · | · | · | · | · | · | · | · | · 

« S'il avait à faire un présent à quelqu'un qu'il estime ou qu'il aime, peut-être lui enverrait-il,

certain de l'honorer,

ramassés chez le menuisier,

un copeau bouclé. »

Jean Genet,

L'atelier d'Alberto Giacometti

pina_edited_edited.png
louise bourgeois_edited.jpg

Louise Bourgeois

Pina Bausch

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

bottom of page